Ferme TAAR : une des grandes fermes agricoles du Togo

des Oies de la ferme taar
les Oies de la ferme taar

Située sur la route de Bolou à 8 kilomètres de la ville de Tsévié ( Tsévié est à 35km de Lomé la capitale), la ferme TAAR est créée en 2006. Elle fut l’une des premières fermes que nous avons gérées. Bâtie sur 55 hectares, cette ferme avait des résultats mitigés malgré la bonne volonté et les investissements du propriétaire. Appelés à intervenir en Août 2008, un an (1) a suffi pour booster le rendement de cette ferme pour atteindre 65 tonnes de maïs sur 15 hectares cultivés. Après 6 ans de coaching, cette ferme ne cesse de s’imposer. Aujourd’hui, elle s’étend sur plus de 75 hectares avec des bandes de plus de dix mille têtes de volailles (pintades, dindons, poulets de chair, coqs…) ; des porcs, des bœufs, des moutons, des chèvres et quelques chevaux. Nos interventions ont permis à cette ferme d’avoir des démembrements à savoir : deux provenderies, une société de production de poussin d’un jour appelée « Le Poussin », une ferme d’élevage et d’abatage industrielle avec chambre froide à Avétonou (50 km de Lomé).

L’économie verte est notre credo: En faites-vous partie ?

The following two tabs change content below.
komi fiagan DOGBLE
Géographe, agro-entrepreneur et coordinateur de l'Association Gbodemefe qui est spécialisée dans la création et gestion des fermes agricoles. Moi même je réponds au nomme de Komi Fiagan DOGBLE.

24 commentaires sur “Ferme TAAR : une des grandes fermes agricoles du Togo

  1. slt!je suis étudiant en science animale et vétérinaire à l’ecole supérieure d’agronomie.j’aimerais monter un élevage de porcs après ma licence mais je manque d’expérience pratique.est ce possible de faire un stage chez vous?

  2. Salut mon frère.J’ai lu ton blog et je suis très impressionné.Je travail dans une ONG, mais j’ai toujours été intéressé par l’agriculture et actuellement j’ai un petit champ de quelque mètre carré d’ananas et je compte l’année suivante faire un hectare d’ananas bio.Et j’aimerais savoir si vous pouvez me donner certains conseils?J’habite à Tsévié.

  3. salue, j’aimerais faire un stage pratique dans le domaine d’élevage; puis-je venir chez? quelles sont les conditions d’accès, les de stages c’est combien?

  4. est – il possible de venir travailler dans la ferme à titre de bénévole pour apprendre? merci c’est important pour moi mon numéro est le 92234090/99287807,

  5. les tourteaux de palmiste disponibles chez moi pour une meilleure croissance de vos porcs.
    Le tourteau de palmiste vous fait beaucoup d’économies pour nourrir vos porcs.
    Contactez moi sur le 91933619 / 98557250

  6. MERCI POUR VOS COMMENTAIRES ET VOS REPONSES .Je souhaite avoir vos contacts via mon mail jusqu’à votre site web s’il y en a.

  7. Monsieur Tchamsi,
    Je viens de lire votre votre message suite à mes questions sur le traitement des semences et je vous en remercie d’avoir essayé de me répondre sans toutefois m’apporter ce que je souhaite savoir.
    En effet ,aujourd’hui tout le monde est conscience de la protection de la nature .Par contre nos agriculteurs qui sont souvent analphabètes n’y comprennent rien de l’écologie.La preuve dans les villages le gouvernent fait campagne pour que les agriculteur utilisent des engrais chimiques s’ils veulent de meilleurs rendement ce qui n’est pas peut être pas faux.Seulement nos frères et nos mère ne savent pas ce qu’ils mettent comme produit ni vraiment comment procéder et quelle protection pour leur santé.
    Moi,je pense que si nous allons continuer à enseigner la vieille méthode d’il y’a 50 ans à nos frère le Togo n’avancera et nos agriculteur n’avancerons nul part dans les connaissances agricoles mondiales .
    La preuve est que nos parents et nos jeunes délaissent les champs et se retrouvent dans les villes pensant s’en sortir.Alors que la ruralité est le poumon de l’économie d’un pays .
    Moi ,en temps togolais à l’étranger sans formation agronomique qui connait vraiment la problématiquement de nos agriculteurs souhaite peut être leur apporter certaines solutions pour qu’ils améliorent leur rendement sans toutefois faire sans trop dépenser c’est pourquoi je vous demandais si je pourrai trouver ses produits phytosanitaires au Togo.Si des magasins en vendent je souhaite que vous m’envoyiez leur adresses ou téléphone à nolte@hotmail.fr.Je sais que c’est des produits qui sont dangereuse pour la nature.Ne pensez pas que je vais l’épandre dans le champs non pas du tout.
    J’ai bien dit c’est pour traiter les semences.puisque au Togo et dans la majorité des pays africains le gouvernement traite pas les semences avant de les vendre aux agriculteurs puisqu’on a pas les moyens technologiques pour faire ce travail.Seulement si on veut ce travail peut se faire de manière efficace et artisanale avant les semis.
    Je disais tout précédemment que je ne suis pas agriculteur de formation mais je côtoie des agricultures et éleveurs en Bretagne (France) avec des questions -réponses j’arrive à comprendre que rien est impossible .
    Au fait ,en quoi consiste le traitement de semences?Le traitement des semences est indispensable pour lutter contre les maladies transmises par les semences et pour protéger les jeunes plantes contre les parasites naturellement présents dans le sol. Il assure également une protection contre des attaques précoces de maladies et de parasites en végétation. Le choix de la ou des substances actives (mode et spectre d’action, persistance…) tient compte des analyses sanitaires des lots bruts de semences qui arrivent dans les stations (et donc des éventuelles maladies présentes qui varient d’une année sur l’autre et du niveau de contamination) ainsi que du type de protection recherchée.
    Les appareils de traitements industriels permettent d’appliquer ces matières actives à la bonne.
    Qu’est ce que c’est que le traitement de semences?
    Le traitement des semences permet de lutter contre ces maladies mais également contre de nombreuses autres agressions :
    – les maladies de type « fontes de semis » présentes dans le sol (fusarioses, septorioses)
    – les larves d’insectes (essentiellement celles du taupin et de la mouche grise)
    – les attaques précoces de maladies (oïdium, rouille brune, rouille jaune, piétin-verse, septoriose, fusariose,) et d’insectes (pucerons)

    IL y a plusieurs façons de traitement des semences :
    traitement physique
    -traitement biologique
    -traitement chimique
    Ce qui est possible pour nous au togo ou en Afrique par manque de moyen c’est le traitement biologique ou Chimique.
    -Traitement Biologique avec du Produit CERALL
    -Pour le traitement chimique pour l’instant :Il n’existe plus de produits pour protéger la semence à
    la fois contre les insectes et les maladies
    La solution « consiste à combiner différents PP » :
    Ex : Vitavax 200 FF (17,5g thirame+17,5g carboxine) – fongicide
    et répulsif oiseaux
    Redigo ou MISOL (100g/l prothioconazole) – fongicide
    Celest Net (25g/l fluodioxonil) – fongicide
    Prelude 20 FS (200g/l prochloraze) – fongicide
    Ferial (350g/l imidaclopride) – insecticide

     Produits :
    – à effet phytotonique
    – phytogénomiques
    – stimulants (ensemble d’oligoéléments)
     Augmentation de l’utilisation du « bio-contrôle »
    Exemple : Votivo = Bacillus firmus +poncho sur maïs/soja/coton

    Avantages environnemental,
    économique et social
    Diminutions de:
    • l’utilisation de produits phytosanitaires :
    pour 1 quintal de semences de blé, seulement 100 m2
    sont en contact avec la SA / hectare
    • coûts des produits phytosanitaires
    • coûts du temps de travail
    • dégâts causés par les maladies du sol et de la
    semence
    • la manipulation des PP(Produits Phytosanitaires) par les agriculteurs

    Inconvénients 

    – Les émissions de poussières dans les sociétés (risques
    pour les manipulateurs) et chez les agriculteurs
    • «Arrêté poussière» : diminution des poussières lors de
    la manipulation
    -Le seuil de toxicité de SA(substances Actives) autorisées remis en question
    • Processus d’homologation (exigence des matières
    actives plus respectueuses de l’environnement et de
    l’homme

    Les adjuvants :
    Différents éléments peuvent être appliqués sur la semence.

    • Pelliculage: L’utilisation d’une pellicule (polymère)
    sur la semence:Les pelliculants correspondent à l’application d’un film micro-poreux à la surface de la semence. Ils ne modifient ni la forme ni la taille de la semence. Ils améliorent la couverture et l’homogénéité du traitement. Lors de l’utilisation des semences par l’agriculteur, ils améliorent le confort de l’utilisateur au moment du semis en supprimant les poussières et en facilitant l‘écoulement des semences dans le semoir. Ils améliorent l’action de la ou des substances actives en condition de culture.

    • Enrobage: Chaque semence est encapsulée par
    l’application de matériaux solides (argile, farine de
    bois non traitée).• Les enrobants modifient la forme, la taille et le poids de la semence. Ils améliorent la précision du semis.

    Evolution : De nouvelles possibilités sont offertes grâce à l’amélioration des techniques d’application des produits sur la semence.
    Des éléments nutritifs destinés à favoriser la germination des plantules peuvent ainsi être appliqués sur la semence.

    PROTÉGER LES SEMENCES ,UNE SOLUTION D’AVENIR POUR PROTÉGER LES RÉCOLTES.
    LA PROTECTION DES SEMENCES,LA SOLUTION LA PLUS ADAPTEE DANS CERTAINS CONTEXTES:
    L’agriculteur, en faisant le choix de la protection des semences la plus adaptée à sa situation, préserve le potentiel de sa culture dès le début de la végétation.Il sécurise l’implantation des cultures,préserve les rendements élevés, en réduisant l’usage de produits phytopharmaceutiques en végétation.
    La protection des semences est une solution respectueuse de l’environnement qui limite les risques sanitaires et les expositions accidentelles des utilisateurs.

    Simple d’utilisation,la technologie de protection des semences minimise les contacts des agriculteurs et des cultures avec les produits actifs. Pour un traitement foliaire un traitement foliaire classique, ce sont 10 000 m2 de surface au contact du produit, contre 50 m2 pour un traitement de semences.En traitant au plus près du ravageur,cette solution est sûre pour ses utilisateurs, respectueuse de l’environnement et compétitive.

    Le traitement de semences est facile à réaliser chez soit dans un milieu aéré avec des précaution sanitaires drastiques :des gans , des lunettes ou
    une visière de protection, Porter des vêtements de protection imperméables, et une paire de bottes recouvertes par le
    pantalon en cas de ruissellement accidentel de la bouillie.
    Il existe également des combinaisons légères, jetables, en Tyvek® * par exemple.
    Lorsqu’on veut aider ses frère et contribuer ou prendre part au développement du pays rien ne doit être caché.il faut aussi informer les agriculteurs des innovations en cours pour qu’ils se mettent à jour.
    Pour les producteurs de fruits et de légumes :tomates ,piments et autres il y a rien d’aussi efficace que la bouillie bordelaise:

    Qu’est-ce que la bouillie bordelaise ?
    La bouillie bordelaise est composée de sulfate de cuivre additionné de chaux (elle contient 20% de cuivre métal). Le produit se présente sous la forme d’une poudre (ou de micro-granulés) bleu turquoise, à diluer dans de l’eau pour pulvérisation.
    A quoi ça sert ?

    C’est le cuivre qui lui confère son efficacité à la bouillie bordelaise : il a une action essentiellement antifongique (il inhibe la germination des spores de champignons responsables de maladies cryptogamiques), associée à une action bactériostatique (il limite la prolifération des bactéries) et algicide (toxique pour les algues).

    Cette bouillie voisine avec le soufre (qui peut d’ailleurs lui être mélangé) dans la catégorie des fongicides minéraux, par opposition aux matières actives dites « de synthèse », d’obtention plus récente (manèbe, thirame…). A ce titre, la bouillie bordelaise est un traitement toléré en agriculture biologique.

    Principaux usages

    La bouillie bordelaise est un excellent fongicide, utilisé pour lutter contre les atteintes causées par des champignons. On peut aussi l’assimiler à un désinfectant, que l’on applique sur les « plaies », anciennes ou fraîches (plaies de taille par exemple), pour prévenir les développements bactériens.

    Les végétaux qui sont le plus souvent traités à la bouillie bordelaise sont les arbres fruitiers, la vigne, les plants de tomates et de pommes de terre, les fraisiers.

    Ce que je conseil à nos frères agriculteurs pour commencer c’est de connaître le PH de son sol,je pense qu’il doit avoir de petit PH-mètre au Togo à moindre coût pour mieux connaitre son champs avant de savoir ce qui peut prendre vite ou d’en modifier le PH pour en semer autre chose.
    -Il faut éviter d’acheter vos graines chez des agriculteurs,celui qui a le moyen il peut se procurer des graine auprès de ITRA et celle-ci fera le nécessaire pour en mettre de bons produits à la disposition des agriculteurs.
    -il faut qu’on apprend à semer vraiment en ligne car on gaspille trop d’espace.
    Le travaille champêtre demande beaucoup de temps ,et celui qui veut s’en sortir à intérêt à se professionnaliser c’est à dire à se concentrer à plein temps quitte à l’associer avec l’élevage . Le travaille du sol est très important, après il faudra espérer que la pluie tombe.

    D’ici mars 2015 ,je vais procéder au traitement de semences de maïs , de luzerne,du dactyle niva dans la préfecture de Yoto au Togo à 135 km de la capitale Lomé pour expérimentation .C’est pourquoi j’ai bésoin de ses produits au Togo (VITAVAX 200FF,KARATE K,VITAMAG S, RHIZOSARB inoculum,du sulfate de cuivre,du soufre en poudre,de la chaux éteinte ou de l’hydroxyde de calcium.pour réduire le coût dans le sens contraire j’aurai pas le choix je trouverai en France.
    https://www.facebook.com/groups/worldwidefrance.awwf/

  8. Salut,
    En 2015 ,j’aimerai me lancer dans l’agriculture pour former des paysans dans la préfecture de Yoto.Pour l’instant je dispose des semences de luzernes pour l’autonomie animalier ainsi que la fourniture biologique de l’azote au sol.
    Pour l’instant je me heurte certain problème:
    Afin d’éviter de d’utiliser trop de produits chimique je souhaiterai traiter personnellement mes semences avant la semi pour un meilleur rendement.
    Mes questions sont:
    1-où trouver les produits phytosanitaire pour un traitement de semence?
    2-Puis je avoir du sulfate de cuivre en quantité au Togo pour préparer ma bouillie,si oui où puis je avoir l’adresse .
    3-je cherche aussi du soufre en grand quantité ainsi que de la chaux .
    4-pourrai-je trouver de la RHIZOSARB inoculum pour traiter la luzerne c’est un traitement écologique?
    5-pourrais je avoir ses produits phytosanitaire au Togo:VITAVAX 200FF,KARATE K,VITAMAG S?
    6- Si non pourrai je pas trouver d’autres produits phytosanitaires comme des fongicides et insecticides,s’il y en a je pourrai avoir des nom pour faire des recherche dessus si c’est trop toxiques et dangereux pour l’environnement .
    7-Je ne vais pas utiliser d’engrais pour ma récolte seulement je souhaite traiter mes semences pour éliminer les insectes qui détruisent les graines au sol c’est la meilleur moyen de protéger l’environnement .le traitement de semences est plus efficace que l’utilisation de trop d’engrais sur le champ.

    1. M. ANATO,
      Bon réflexe en ce qui concerne l’utilisation de la luzerne et félicitation pour ce projet qui vous tien vraiment à cœur. J’aimerai tout simplement vous dire qu’il ne sert à rien de refuser l’utilisation des engrais et au même moment utilisé beaucoup de produits chimiques pour traiter d’abord les semence et ensuite les plans contre des insectes. Je pense que tous les produits que vous êtes en train de citer sont tous dangereux pour l’environnement.
      Nous avons des solutions innovantes mais biologiques pour lutter contre les insectes et nous pouvons les partager avec vous dès que vous passerai nous voire. De plus tous les produits que vous cités sont bien présents à Lomé dans des boutiques spécialisées. Seulement je ne vous le conseille pas. Venez nous voire et vous aller apprendre à utiliser des champignons microscopiques pour traiter efficacement les cultures.

      Bonne réception et à très bientôt pour d’autres questions éventuelles.
      Merci

  9. Mr Ayikoe tout d’abord nous aimerions vous remercier pour l’interêt que vous portez à notre article. Sachez d’abord qu’il s’agit des services du groupe Entraide-Togo qui intervient dans la création et la gestion des fermes agropastorales. Voici donc les reponses à vos questions:

    Q1. Quels services ou d’assistances apportez-vous?

    R1: Nous faisons la formation, le coaching et la gestion technique et financière des entreprises agropastorales. nous intervenons dans la rédaction des plans d’affaires bancables.

    Q2. Pour quels prix si certains services sont payants ?

    R2: Pour la rédaction des plans d’affaire selon l’importance du dossier nous prenons jusqu’à 5% de montant recherché. Mais avant le démarrage de la rédaction nous prenons 50 mille pour les frais de saisi et d’impression.
    Pour le reste des services, nous avons l’habitude de facturer nos services selon l’importance des activités. cette facturation va de 300 mille à 600 mille F CFA le mois. Toutefois, nous acceptons pour nos frais de suivi et autres 200 mille par mois; mais dans ce cas nous participons aux résultats nets de l’entreprise à la fin de l’année à hauteur de 10%.

    Q3. Pourrait-on bénéficier de vos services dans toutes les préfectures?

    R3: Bien sur que oui. Toutefois nous intervenons déjà dans deux régions économiques à savoir la région Maritime et celle des Plateaux.

    Q4. Existe-t-il une filière pour des engrais biologiques au Togo?

    R4: Oui cette filière existe au Togo et nous sommes en partenariat avec certains d’entre eux.

    Q5. A-t-on l’aide de l’Icat ou ddr-p en cas de filière bio ?

    R5: Si, c’est surtout l’Icat qui intervient comme structure d’appui-conseil sur le terrain, mais pas exclusivement en cas de bio.

    Q6. Aurai-t-on toujours besoin de lier l’élevage à l’agriculture pour une optimisation des résultats? … Si oui quels animaux pour quels types d’engrais espérés?

    R6: Pour optimiser le rendement, une association élevage-agriculture est conseillé. Dans ce cas, les animaux conseillés sont : les moutons et les bœufs car ces derniers utilisent les résidus des récoltes pour leur alimentation et en retour ils produisent des déchets qui servirons à la fabrication du fumier.
    Les autres animaux conseillés pour leur fort rendement sont: les porcs et les volailles.

    Merci et à bientôt pour d’autres questions

  10. Q1. Quels services ou d’assistances apportez-vous?
    Q2. Pour quels prix si certains services sont payants ?
    Q3. Pourrait-on bénéficier de vos services dans toutes les préfectures?
    Q4. Existe-t-il une filière pour des engrais biologiques au Togo?
    Q5. A-t-on l’aide de l’Icat ou ddr-p en cas de filière bio ?
    Q6. Aurai-t-on toujours besoin de lier l’élevage à l’agriculture pour une optimisation des résultats? … Si oui quels animaux pour quels types d’engrais espérés?
    Je m’arrête là en entendant … merci d’avance.

Les commentaires sont fermés.