Skip to main content

Pourquoi et comment, nous organiser en Coopérative ?

isite d'ICAT Agou pour la création de SCOOPS Casa-Kondo
visite d’ICAT Agou pour la création de SCOOPS Casa-Kondo

Dans nos activités d’aide au monde rural, lesquelles ont pour pierre angulaire le Projet d’Assistance Technique et Économique au monde rural ; Nous nous sommes rendus accompagnés de nos animateurs locaux auprès des agriculteurs du grand Kloto. Pour d’abord, promouvoir une organisation professionnelle économique agricole et ensuite leur apporter nos conseils pouvant les amener à bénéficier des appuis de l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT).
Malgré une générosité dans les efforts de ces agricultures, ils se permettent d’évoluer chacun de son coté. Or, nous savons que l’union fait la force. C’était la mission de l’Association Gbodemefe la semaine du 9 novembre : «Organiser le monde rural. » d’où la notion de  société coopérative.

Les formes de sociétés coopératives

Préalablement nommées groupements, les organisations des groupes d’activité dans le monde rural ont évolué avec l’uniformisation de L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA). Cette loi de changement est adoptée à Lomé le 15 Décembre 2010, sous la Direction de la Formation, de la Diffusion des Techniques et des Organisations Professionnelles Agricoles (DFDTOPA) et l’Institut de Conseil et d’Appui Technique (ICAT) du Ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la Pêche de la République togolaise, dans le cadre de la révision de l’ordonnance N°13 du 12 Avril 1967 portant statut de la coopération au Togo et ceci, conformément aux dispositions de OHADA.
A l’issu des travaux, il est convenu deux (2) coopératives possibles à savoir : Société Coopérative Simplifiée (SCOOPS) et la Société Coopérative avec Conseil Administration (COOP CA).

Comment les créer et quels sont les démarches ?

La Société Coopérative Simplifiée « SCOOPS »
Effectifs : Constituée par cinq (5) personnes physiques ou morales au moins.
Capital social : Un capital social dont, la valeur nominale est fixée par le statut et il est divisé en part sociales égales.
– Il est exigé un comité de gestion composé de 3 membres au plus et une commission de surveillance composée de 3 à 5 personnes physiques élues.

La Société Coopérative avec Conseil d’Administration «COOP-CA »
Effectifs : Constituée par quinze (15) personnes physiques ou morales au moins.
Capital social : il doit être totalement souscrit avant la tenue de l’Assemblée Générale constitutive. Les parts sociales représentent les apports en numéraires et sont libérées lors de la souscription d’1/4 au moins de la valeur nominale. La libération du surplus intervient dans un délai qui ne peut excéder 3 mois à compter de l’immatriculation.
– Il faut un conseil d’Administration composé de 3 membres au moins et 12 au plus, un conseil de surveillance composé de 3 à 5 personnes physiques élues.

Les pièces requises pour l’immatriculation

1.) Une demande d’immatriculation adressée à Monsieur le Directeur de la DFDTOPA
2.) Trois (3) copies des statuts
3.) Trois (3) copies du règlement intérieur;
4.) Trois (3) copies de la liste des membres du Comité de Gestion ou du Conseil d’Administration de la Société Coopérative ;
5.) Le procès-verbal de l’Assemblée Générale Constitutive, ou AGO/AGE avec la liste manuscrite signée par chaque participant;
6.) Une attestation de suivi technique de l’ICAT ou d’une ONG agréée contresigné par l’ICAT.
7.) Un compte d’exploitation prévisionnel annuel ;
8.) Un bilan d’ouverture ;
9.) Un tableau de souscription des parts sociales
10.) Une attestation d’ouverture de compte et de relevé de compte bancaire s’il y a lieu ;
11.) Copies des pièces d’identité des membres des organes élus (carte d’identité, carte d’électeur, passeport)
12.) Un casier judiciaire datant de moins de trois (03) mois pour les membres du conseil d’administration pour les COOP CA;
13.) Des frais d’étude de dossiers de 2500 FCFA pour les SCOOPS et de 7500 FCFA pour les COOP- CA .

Les avantages issus de cette organisation

Au Togo, tout agriculteur a droit de manière gratuite à l’assistance d’ l’institut de conseil et d’appui technique (ICAT). Toute fois, un groupe organisé a plus d’avantage dans la mesure où, les gros producteurs sont souvent récompensés par des dons (matériels et semences).
Si on est organisé, il nous est facile de bénéficier des subventions étatiques que privées provenant des ONG.
Si on est organisé, il y a plus du sérieux dans la gestion de la chose collective et une facilité à regrouper les ressources.
Il est facile à une Société Coopérative d’avoir des financements dans les structures bancaires de la place. Encore plus facile pour elle de bénéficier des fonds mises à leur disposition par des institutions dans le cadre des coopérations bilatérales ou multilatérales pour promouvoir le développement en général et celui du monde rural en particulier.
Nous nous mettons à votre disposition pour vous aidez à vous organiser.

Quand l’ANPE s’intéresse de près à l’agropastoral

AMOUSSOUKOPE

Le dernier vendredi du ramadan, le directeur général de l’Agence nationale pour l’emploi (ANPE), Edmond Comlan Amoussou et ses collaborateurs ont visité des fermes agricoles dans la préfecture d’Agou, spécialement dans la localité d’Amoussou Kopé.

En effet, tous  les acteurs du développement se rendent compte aujourd’hui qu’il n’y a pas de développement économique sans une révolution agricole. Et aussi dans un futur très proche, les meilleurs emplois ne viendront que du monde rural.

C’est bien conscients de ces réalités que le directeur général de l’ANPE,  Edmond Comlan Amoussouet ses collaborateurs se sont déplacés pour visiter la ferme Société coopérative simplifiée (SCoopS) dénommée « Casa Kondo ». Suivis par les jeunes de Gbodemefe ,ils se sont également rendus dans la ferme des bonnes sœurs de la Congrégation des Sœurs hospitalières. Un domaine situé dans la préfecture d’Agou, plus précisément à Amoussou Kopé.AMOUSSOUKOPE1

Saluant les efforts fournis par un petit groupe d’hommes et de femmes organisés, le directeur général s’est surtout penché sur la productivité et les opportunités d’emplois de la première ferme spécialisée dans la transformation des noix de palme en divers produits (huile de palme, savon…). Il s’est aussi montré attentif et admiratif face à la créativité de la seconde ferme. La ferme des bonnes sœurs de la Congrégation des Sœurs hospitalières offre tout un éventail des cultures possibles dans la région., et se positionne pionnière dans la localité.

« C’est surtout de nouveaux emplois pour les jeunes et un moyen de gagner en expériences tant pour les férus de la chose agricole que pour les futurs agronomes » a estimé le directeur de l’ANPE.

DOGBLE Komi Fiagan

La fibre de coco: un ingrédient pour fertiliser les sols

 

cocotier avec des noix
cocotier avec des noix

Qu’est-ce que la fibre de coco?
« Fibre de coco » est le terme utilisé pour définir un éventail de produits naturels fabriqués à partir de l’enveloppe de la noix de coco. Les principaux produits horticoles sur le marché sont : la fibre de coco, la poussière de fibre de coco et les copeaux/morceaux de fibre de coco.
La poussière de fibre de coco est la principale composante de la plupart des produits de la fibre de coco et est souvent utilisée comme ingrédient à l’intérieur des substrats de culture. La fibre de coco est une ressource renouvelable et un sous-produit naturel de l’industrie de la fibre brune de pays tropicaux comme l’Inde, l’Afrique, l’Indonésie, les Philippines et le Sri Lanka. Les enveloppes de noix de coco sont généralement trempées dans l’eau salée afin d’en extraire les fibres pour divers usages. La poussière de fibre de coco est un sous-produit de ce processus et possède une utilité limitée en raison de sa teneur élevée en sel. Récemment, certains fabricants ont développé des procédés afin de réduire les taux de sels solubles et ainsi favoriser son utilisation en horticulture.
Trois types de fibre de coco sont produits:

 


La fibre de coco est filandreuse et est souvent utilisée pour recouvrir l’intérieur des paniers suspendus, confectionner des balais, des paillassons, etc. Son utilisation dans les substrats est limitée. La poussière de fibre de coco possède des fibres courtes, ressemblant au marc de café, et est utilisée de pair avec de la tourbe de sphaigne dans les substrats de culture. Généralement, la poussière de fibre de coco de qualité supérieure est le résultat du mélange de fibres courtes et de résidus spongieux qui restent après l’extraction des longues fibres de l’enveloppe extérieure. Plus récemment, les copeaux/morceaux de fibre de coco ont fait leur apparition afin d’ajouter de la structure aux substrats de culture, ce qui a pour effet d’en améliorer la porosité en air. Pour produire des copeaux/morceaux, l’enveloppe est coupée en particules de tailles spécifiques. Par exemple, les copeaux de fibre de coco sont un ingrédient clé du PRO-MIX® HP-CC MYCORRHIZAE™.
Caractéristiques et avantages de la fibre de coco :
La structure granulaire et poreuse de la fibre de coco en fait un excellent ingrédient pour les substrats de culture et se combine très bien à la tourbe de sphaigne canadienne. La fibre de coco possède un nombre important de pores pour chaque particule. Cette caractéristique physique fournit plus d’espace lacunaire et une meilleure capacité de rétention d’eau dans la zone racinaire lorsque totalement hydratée, ce qui permet généralement un enracinement accru et une meilleure germination. Il a été établi que la poussière de fibre de coco peut retenir jusqu’à neuf fois son poids en eau. Des essais ont également démontré un meilleur enracinement dans les mélanges à base de tourbe et de fibre de coco.
Autres caractéristiques qui font de la fibre de coco un ingrédient clé à combiner avec la tourbe de sphaigne :
La fibre de coco a un pH modéré – près de 6,0.
• Excellente capacité de mouillage et de remouillage (la fibre de coco n’a pas de cutine qui repousse l’eau).
• Excellente capacité de rétention d’air et d’eau.
• Lorsque mélangée à 20-30 %, la fibre de coco peut atténuer la réduction du volume du substrat lorsqu’il sèche, ce qui fait que l’eau ne s’écoule pas par les côtés du contenant lorsque le substrat est irrigué.
• La fibre de coco a un ratio lignine/cellulose élevé. Par conséquent, la fibre de coco est très résistante à la dégradation physique lorsque manutentionnée avec des machines d’empotage et de remplissage de plateaux. Elle démontre aussi une réduction de volume significativement moins importante dans les contenants et conserve un équilibre air/eau favorable dans la zone racinaire pour une longue période de temps.
• Les enveloppes de noix de coco peuvent être coupées en particules uniformes de tailles spécifiques.

Pratiques de gestion des cultures :
Il est à noter que les produits de la fibre de coco varient selon leur origine et la méthode de transformation. L’utilisation de la fibre de coco peut nécessiter certains ajustements en ce qui concerne les pratiques de gestion des cultures; sans s’y limiter, ceux-ci incluent : l’ajustement des pratiques d’arrosage et des taux d’application d’engrais.

Lancement du Projet pilote d’amélioration des poules de race locale.

 

 

les coqs de race
les coqs de race

Les populations rurales vivent essentiellement des activités agricoles. Cette agriculture essentiellement de subsistance est pratiquée en majorité par les femmes. La précarité de celle-ci liée aux aléas climatiques fait que ces femmes ont des revenus dérisoires. On comprend aisément que ces dernières ne puissent survenir convenablement à leurs besoins élémentaires et fondamentaux avec le fruit de leurs activités. C’est donc légitime que les paysans associent cette agriculture à l’élevage des animaux à cycle court notamment les poules. Malheureusement, la faiblesse de poids corporel de ces dernières issues de ce type d’élevage fait que leur prix est faible sur le marché par rapport aux poules de race importée. En effet, les poules de race locale sont petites de taille et prennent trop de temps pour leur croissance (environ 6 à 12 mois).

 

Pour atteindre son objectif qui est d’éradiquer la pauvreté à visage de femme, ASDI a choisi en collaboration avec les paysans d’améliorer ces poules de rare locale pour permettre à ces derniers :
– d’optimiser leur revenu
– de diversifier les activités
– de Rendre autonome les femmes
– Et de faire baisser le décrochage scolaire des filles.
Pour ce faire, c’est Atti-Toméfa un village de la préfecture d’Avé qui est choisi. Atti-Toméfa se trouve 17 kilomètres de Kévé sur la route de Kpalimé. Il est à 5 km d’Atti-Atowou. Comme l’indique le nom de la préfecture « Avé » (Forêt), Atti-Toméfa se niche au cœur d’une petite forêt. C’est un petit village de près de deux cent (200) habitants dont 60% de femme. Le climat y est très doux et donc favorable aux activités d’élevage. C’est donc suite à plusieurs visites préparatoires que le projet a pu démarrer le samedi 23 Aout 2014 avec l’introduction effective des coqs de race importés.

Ce projet dont le budget s’élève à 750 000 francs CFA soit 1,500 Dollars par village à besoin de votre soutien pour se développer et se pérenniser. Notons par ailleurs que la phase pilote a été entièrement et totalement financée par ASDI avec la collaboration de monsieur MODJI Dominique secrétaire général de l’association AECL. Six mois après, les résultats sont très encourageants.

Ferme TAAR : une des grandes fermes agricoles du Togo

des Oies de la ferme taar
les Oies de la ferme taar

Située sur la route de Bolou à 8 kilomètres de la ville de Tsévié ( Tsévié est à 35km de Lomé la capitale), la ferme TAAR est créée en 2006. Elle fut l’une des premières fermes que nous avons gérées. Bâtie sur 55 hectares, cette ferme avait des résultats mitigés malgré la bonne volonté et les investissements du propriétaire. Appelés à intervenir en Août 2008, un an (1) a suffi pour booster le rendement de cette ferme pour atteindre 65 tonnes de maïs sur 15 hectares cultivés. Après 6 ans de coaching, cette ferme ne cesse de s’imposer. Aujourd’hui, elle s’étend sur plus de 75 hectares avec des bandes de plus de dix mille têtes de volailles (pintades, dindons, poulets de chair, coqs…) ; des porcs, des bœufs, des moutons, des chèvres et quelques chevaux. Nos interventions ont permis à cette ferme d’avoir des démembrements à savoir : deux provenderies, une société de production de poussin d’un jour appelée « Le Poussin », une ferme d’élevage et d’abatage industrielle avec chambre froide à Avétonou (50 km de Lomé).

L’économie verte est notre credo: En faites-vous partie ?