Skip to main content

La promesse (première partie)

martin luther king
martin luther king

Un jeudi soir, après les cours, j’eus part à la promesse. Elle me fut faite par téléphone. Je me reposais sur ma natte tendue sous le manguier central de la maison. Je relaxais mes pauvres jambes qui souffraient le martyr, après avoir fait en l’espace de quatre heures un aller et retour « maison, université, maison ». Dix kilomètres environ à pied. Quelle euphorie ! Quelle joie ! J’ai pris ma jambe au cou comme si de rien n’était. Je courus d’abord chez Kodjo mon meilleur ami. Il me félicita chaleureusement et me rappela les merveilles que j’aurai à tirer de ce présent, ne sachant pas qu’il prêchait un convaincu, je souris et lui dis merci. Je partageai ensuite mon heureux évènement avec Lae, une voisine qui faisait mon cœur battre la chamade. Tout heureux je revins sur ma natte la tête dans les nuages. J’entrevis le profond changement que cette promesse apporterait dans ma vie. Je me vis sur tous les plans couvert de gloire.

 
Désormais, mes sandales dureront plus de deux semaines, et les semelles de mes cuirs hérités cesseront de s’user du côté droit. Enfin, ma dignité me reviendra et tous le verront. Je ne serai plus, au grand jamais entassé comme des bêtes de somme dans leur bus d’étudiants vétuste et tout cabossé. Personne ne me ferait plus aligner comme des poilus dans les tranchets de la grande guerre pour m’étouffer et m’infecter dans un bus me menant à un hypothétique temple de savoir. Ce sera aussi, la fin pour les moqueries et les dénigrements venant de toute la population. Ces moqueries comme : « Oh ! mi kpo wo da si gbé sardine néné » (Oh ! Regardez les, ils sont entassés dans ce bus comme des sardines dans une boîte » et à l’autre de rétorquer : « Ha ha ha ha ! Sardine tchan ami va yina wa wéa aya mou va lé yi tchan o » (Rire ! même dans une boite de sardine, il y a l’huile qui circule. Mais eux, ils n’ont même pas d’air). Et quand ces insultes et dénigrements viennent des moins que soi ; les Zémidjan mans (taxis moto), et des enfants de barrons de la république, les rejetons de la castre au pouvoir, les mêmes qui nous punissent, cela faisait atrocement mal. Plus jamais ça. C’est fini les détournements de regard dans le bus à la vue d’une conquête et d’une personne connue. Aucune aisselle ne me sera plus imposer par manque de place à humer son odeur puante dans aucun bus. Aucun délégué de bus par mon refus de ne plus reculer ne m’injuriera plus et ne me fera plus sortir du bus. Plus jamais dans la vie. Je ne patienterai plus des heures à attendre un bus rendant l’âme sur le chemin. Je n’accuserai non plus de retard au cours. Je n’aurai plus droit aux pierres jonchant nos amphis. Je serai parmi les premiers au cours me targuant des places d’honneur, les places de devant. Plus de faveur de place à demander à qui que se soit. Désormais, je ne serai plus acheteur de place pour mieux suivre. J’en serai vendeur. Je serai le tout premier au cours et j’étalerai mes cahiers, voire de simples papiers pour me garantir toutes les places. Oui je le ferai et je serai même devant l’amphi. Je me voyais déjà collectant l’argent à tout étudiant voulant s’asseoir pour suivre le cours. Adieu problème d’argent !

 
Oui j’ai tout planifié, tout quantifié et tout programmé. J’ai planifié le jour même que j’entrerai dans cette promesse faire le tour du quartier afin de m’afficher sur mon présent à ses vieilles mégères, commères, mémères nous catapultant sans aucun argument crédible, nous étudiants dans la catégorie PPTE (Personnes Pauvres et Très Endettées) nous, refusant non seulement la compagnie de leurs belles et tendres filles, mais aussi et surtout de nous vendre à crédit leurs marchandises. Je leur montrerai mon changement de statut, mon évolution en grade, mon changement de niveau. Et elles conseilleront ma compagnie à leurs rejetons et m’inviteront à acheter à crédit. J’ai même décidé que le tout premier dimanche de la réception de cette promesse, j’irai à la messe, moi qui n’y allais plus. Je rendrai témoignage devant toute l’assemblée juste pour montrer à tous surtout à notre pasteur et à ces quelques fidèles me faisant des œillades quand le pasteur faisait l’allusion : « Ils sont dans l’église mais ont refusé de se donner totalement à Dieu. C’est pourquoi, on les voit marcher de la ville à la banlieue, on voit les pauvres étudiants marcher du campus à la maison ». Moi qui n’étais connu de tous et par tous que sur l’étiquette d’étudiant, pourquoi n’aurais je pas honte ? Il continue ; « Au même moment, il y a parmi eux comme le frère Gagédédé qui sont bénis et ils ont leur propre moto. Repentez vous, acceptez Christ comme votre seul et unique sauveur et abandonnez la fornication, sinon vous allez marcher jusqu’à ce que vos talons ne s’usent». Drôle et sacré pasteur ! Je te montrerai que le fruit de la repentance avait enfin touché ma vie. Et que « les fruits du Saint-Esprit commencent par se révéler dans ma vie » comme tu aimais si bien le dire. Et à tes fidèles, je leur dirai, par ce témoignage de regarder autres personnes que moi, car je ne suis plus la bonne. Comme on le dit si bien chez nous : « L’habit cousu par le pasteur ne me sied plus. » J’avais pris la ferme résolution que chaque vendredi, je repasserai au point de ralliement du bus estudiantin. Pas pour me moquer des frères et sœurs, ni pour jeter sur eux des regards de déshérités qu’eux-mêmes franchement ne sauraient cacher puisqu’on ne peut pas cacher sa nudité à son seau disait une sagesse africaine. Mais plutôt je poserai celui de la compassion et de la pitié. Heureuse sera la plus ravissante, la plus séduisante des beautés, car, elle sera élue et partagera ma selle pour cette matinée seulement. Et après chaque cours, j’avais prévu faire du bien et me faire du bien le jour du jugement dernier. J’avais prévu acheté un agenda le lendemain avec mon dernier pécule, un tout nouveau agenda, tout beau tout gris sur lequel serait dessiné une jolie moto, hum ! Que j’en rêve. Dans ce dernier, je comptais marquer à l’encre indélébile les « Que Dieu te bénisse » que les remorquages des amis étudiants dénudés de tout sou et arpentant le chaud soleil m’auront proclamé avec ou sans foi. Enfin qu’au jour du jugement dernier, quand le bon Dieu se tromperait dans son addition, que je puisse avec preuve réclamer mon dû.

 
Je vis par procuration ma popularité, et me dis qu’à tout égard je l’aurais méritée. Sur ma natte j’ajustai mon buste, fermant légèrement les paupières, avalai cette salive que seule des évènements et des plats suaves amènent à la bouche et sortis légèrement ma langue pour lécher ma barbichette en guise d’appétit. Je repartis de plus belle dans mes délires, non dans mes rêves ; mieux dans mes planifications, qui comparativement aux milliers d’autres qui me passaient par mes neurones, celles-ci étaient réelles et avaient une chance cette fois de s’accomplir. J’entendis en esprit mon portable usé et moribond sonner intempestivement suite aux appels des minettes qui voulaient de moi. Ce portable qui, jamais ne connaissait de femmes et qui toujours en parlait avec envie, se préparait à être violé. Oh ! Que de plaire ! Violez-moi, violez, pourvu que vous soyez belles et tendres. Violez-moi mais avec mon consentement. Oh ! Quel rêve en instance, deviendra réalité ! Je me revois baladant dans les travées du campus avec mon bijou, mon amour, ma moto. Je revoyais combien d’étudiantes ratatinées par la faim, fauchées par les pléthores de photocopies et achevées par le transport, s’adonnant malgré elles, à une si longue marche ; râpant leur entre-jambes comme le goudron râpe la peau après un accident. Je les voyais se bousculer pour monter sur ma moto peu importe ma condition, et ma récompense. Et moi, je n’en chargerai qu’une par jour. Et une de prise sera une d’oubliée. J’aurai enfin une petite amie. Car elle ne repartira plus à pied et sans sous après l’amour. Et les autres, jalouses de leur sœur, croiront qu’elle roule sur de l’or et se découvriront qu’après tout c’est de la pacotille. En tout cas, j’en aurai profité au grand bonheur de ma chair et de mon âme.

 
Les week-ends, surtout les samedis, je prévoyais rendre visite à mes parents afin d’avoir un peu d’embonpoint. Remédier à ce manque vitaminique qui affichait mes ossatures d’étudiants telles celles d’un prisonnier de Gondwana. J’aurai en permanence de quoi manger puisque sitôt que mes vivres s’épuiseraient, que je rapatrierai de nouveau en vitesse auprès des parents. Adieu farine de manioc, adieu haricot, sachez que votre combinaison m’avait toujours dégoutée, c’est par absence de tout autre mets qu’il paraissait que je vous aimais. Je ne vous avais jamais aimés. C’est dit ! J’ai désormais de quoi me déplacer et j’aurai enfin de quoi bien me nourrir. Et si tout paraît difficile et que les parents s’avèrent incapables de m’être d’une aide quelconque, je ferai Zémidjan (taxi moto). Adieu soucis d’argent, adieu tout besoin.

 

Et tous les dimanches, quand la ferme et ses montagnes m’auront refusé leurs belles verdures teintées de leurs parfums suaves, j’irai en mer. Bras dessus bras dessous, et me voilà dans le camp prestigieux des romantiques de la capitale et comme eux, je téterai les lèvres de ma dulcinée en présence de cette foule déchaînée et dépravée sans foi ni loi, sans respect ni pudeur, sans crier gare à ma dignité. Et comme eux, je donnerai et recevrai des mots d’amour. Moi qui suis un sentimental né, un poète à la plume envoûtante. Tels étaient mes programmes.

Lancement du Projet pilote d’amélioration des poules de race locale.

 

 

les coqs de race
les coqs de race

Les populations rurales vivent essentiellement des activités agricoles. Cette agriculture essentiellement de subsistance est pratiquée en majorité par les femmes. La précarité de celle-ci liée aux aléas climatiques fait que ces femmes ont des revenus dérisoires. On comprend aisément que ces dernières ne puissent survenir convenablement à leurs besoins élémentaires et fondamentaux avec le fruit de leurs activités. C’est donc légitime que les paysans associent cette agriculture à l’élevage des animaux à cycle court notamment les poules. Malheureusement, la faiblesse de poids corporel de ces dernières issues de ce type d’élevage fait que leur prix est faible sur le marché par rapport aux poules de race importée. En effet, les poules de race locale sont petites de taille et prennent trop de temps pour leur croissance (environ 6 à 12 mois).

 

Pour atteindre son objectif qui est d’éradiquer la pauvreté à visage de femme, ASDI a choisi en collaboration avec les paysans d’améliorer ces poules de rare locale pour permettre à ces derniers :
– d’optimiser leur revenu
– de diversifier les activités
– de Rendre autonome les femmes
– Et de faire baisser le décrochage scolaire des filles.
Pour ce faire, c’est Atti-Toméfa un village de la préfecture d’Avé qui est choisi. Atti-Toméfa se trouve 17 kilomètres de Kévé sur la route de Kpalimé. Il est à 5 km d’Atti-Atowou. Comme l’indique le nom de la préfecture « Avé » (Forêt), Atti-Toméfa se niche au cœur d’une petite forêt. C’est un petit village de près de deux cent (200) habitants dont 60% de femme. Le climat y est très doux et donc favorable aux activités d’élevage. C’est donc suite à plusieurs visites préparatoires que le projet a pu démarrer le samedi 23 Aout 2014 avec l’introduction effective des coqs de race importés.

Ce projet dont le budget s’élève à 750 000 francs CFA soit 1,500 Dollars par village à besoin de votre soutien pour se développer et se pérenniser. Notons par ailleurs que la phase pilote a été entièrement et totalement financée par ASDI avec la collaboration de monsieur MODJI Dominique secrétaire général de l’association AECL. Six mois après, les résultats sont très encourageants.

A qui profitent les investissements étrangers en Afrique?

 

image-u2Toute l’Afrique ne jure que par lui le « Saint fric ». Il n’est pas rare de voir nos Chefs d’État sillonner tout l’Occident à sa quête. Cette quête passe par des rencontres désignées souvent sous plusieurs vocables : Sommet Chine-Afrique, Japon-Afrique, UE-Afrique… Tout dernièrement, nos chefs d’État ont répondu massivement à l’invitation de Barack Obama dont le pays avait l’intention d’en mettre à leur disposition dans sa grande générosité, une promesse de 33 milliards de dollars. La grande et importante question qui demeure est de trouver à qui profitent au juste ces investissements ?

L’Afrique attend une croissance moyenne de 4,8 % en 2014 et 5,7 % en 2015. Les investissements étrangers pourraient atteindre le montant record de 80 milliards de dollars en 2014. Ils deviennent la première source d’apports financiers extérieurs du continent, indique le rapport sur les Perspectives économiques en Afrique publié le 19 mai 2014. Ainsi, Les investissements étrangers pullulent dans toute l’Afrique entraînant parfois entre des guéguerres (UE-Chine-Etats-Unis) . Ces investissements se fondent par le truchement de grands groupes internationaux . Nous avons entre autres le groupe Total et Bolloré pour la France ; China Road and Bridge Corporation (CRBC), Sinopec et Zhongxing Telecom pour la Chine ; Exxon Mobil et Chevron Texaco pour les Etats-Unis ; Tata et Arcelor-Mittal pour l’Inde pour ne citer que ceux-là. Grâce à ces investissements, notre Afrique brille de mille feux. Nos villes s’étalent, se modernisent. Elles se dotent de ponts solides et de stades de foot flambant neufs. Nos ports entre-temps délaissés, deviennent de plus en plus fréquentés avec la construction de nouveaux quais. C’est le cas du Togo où, le groupe Bolloré a construit le 3e quai. En ce qui concerne nos ressources minières, elles sont de plus en plus exploitées grâce à la modernisation et à la construction des industries extractives. Ils (Investissements) confèrent à nos États quelques royalties qu’on investit parfois dans la santé et l’éducation.

crédit image: lefigaro
crédit image: lefigaro

Ces investissements ont permis à notre continent d’atteindre ce taux de croissance élevé, qui fait sa fierté. Grâce toujours à eux, le PIB de chaque pays africain est élevé sans pour autant influer suffisamment sur le niveau de vie des citoyens. Ils sont au centre des préoccupations ayant abouti à la création des zones franches qui emploient des milliers de personnes sur la base du capitalisme accru, noircissant de ce fait le beau tableau et suscitant des curiosités ; lesquelles nous poussent à voir le revers de la médaille.

Naïfs nous sommes, si nous nous leurrons à penser que nos investisseurs sont de bons samaritains assujettis d’une mission humanitaire et sacerdotale. Je parlais tantôt des zones franches où, les ouvriers sont exploités. Ils sont plusieurs à travailler sans repos, sans congé, ni d’assurance maladie. Bref, sans les minimums obtenus par la lutte ouvrière. Et pour toute revendication, il y a licenciement. Tout ceci est fait dans le but de permettre aux actionnaires de se partager le maximum de bénéfices.
Parlant du bénéfice, le groupe Total en 2013 pour la Côte d’Ivoire a déclaré avoir fait un bénéfice de 15,8 millions de dollars. Cette somme est de facto rapatriée en France. Ils sont plusieurs, ces groupes à qui nous avons confié nos ressources qu’ils exploitent et empochent les profits. Je prends en exemple mon phosphate et mon calcaire à la main des étrangers. Ce sont tous ces étrangers qui font notre croissance économique. Cette croissance ma foi ne profite qu’à eux. Prenons par exemple un investisseur étranger qui aurait investi 1 million d’euros dans le secteur de l’énergie en « République très très démocratique du Gondwana« , ce dernier, va rapatrier annuellement la quasi-totalité des recettes au détriment des ouvriers et du pays hôte. Pendant ce temps, les citoyens de la « République très très démocratique du Gondwana » se retrouvent avec des miettes et croupissent toujours dans la misère et le manque total. Alors que l’argent rapatrié participe à la construction du pays de l’investisseur.

crédit: Paixetdeveloppement
Crédit: Paix et développement

Quelle est notre part dans cette croissance économique fulgurante dont on affuble notre Afrique ? De vous à moi devrons-nous encore attendre les bras croisés les voir prendre les parts juteuses de notre économie ? Ou encore les laisser accaparer des piliers du développement (énergies, eau, ressources minières…) ? Et pourtant nous pouvons mobiliser des ressources à l’interne pour financer notre croissance qui nous profitera réellement. Nous avons aujourd’hui des potentialités, des personnes ressources à l’instar des expatriés, des chefs d’entreprises et des responsables administratifs qui en mettant en commun leurs ressources pourraient financer notre croissance. Signalons ici, que ces leaders précités préfèrent laisser leurs avoirs dans des comptes étrangers, lesquels avoirs nous sont en suite octroyés comme prêts ou investissements à des taux vraiment élevés.

En tout cas, ce n’est point un procès fait à nos généreux investisseurs, mais plutôt, un appel à une conscience africaine. Car si nous investissons en Afrique, les recettes issues de ces investissements vont servir à construire l’Afrique et c’est l’Afrique qui gagne.
Un coucou spécial à M. Dangote et à tous ces investisseurs africains, l’Afrique vous est reconnaissante. Si d’autres Africains pouvaient vous emboîter le pas… ?

 

 

Togo:2e caravane de l’environnement et du développement durable : Kéké Zo à l’honneur

 

Le ministre au milieu, le préfet de Zio à sa droite et le Représentant Giz à gauche
Le ministre au milieu, le préfet de Zio à sa droite et le représentant Giz à gauche

Ce mardi, nous (ONG-Asdi) étions invités à Tsévié ville à 35 km de la capitale togolaise. Et comme les autres, nous avons exposé nos produits et expliqué nos actions. Cette année, nous avons mis l’accent sur Kéké zo, le pédale power togolais une des inventions des techniciens d’Asdi.

Kéké zo, le pédale power togolais
Kéké zo, le pédale power togolais

En effet, Asdi collecte et recycle des déchets électroniques et électroménagers. Le recyclage des composants récupérés, nous a permis de confectionner des gadgets tels que : l’ordinateur all in one monté dans un boîtier de tube cathodique récupéré, les baffles également montés dans les boîtiers de tube cathodique et la star de la journée Kéké Zo. Ce dernier, est une machine qui produit de l’électricité lorsqu’elle est pédalée. Son utilisation offre un double avantage à savoir : faire du sport et gagner de l’électricité à 0 franc. L’objectif est de permettre aux campagnes reculées et aux zones non connectées aux réseaux électriques d’avoir du courant pour s’éclairer et charger leur téléphone portable. Pour son utilisation, deux heures de pédale suffisent pour une utilisation de 6 heures. L’appareil ce mardi à Tsévié, a attiré des curieux notamment André Johnson le ministre de l’Environnement et des Ressources forestières, et les deux préfets de l’assistance celui de Zio M. Adossi et son homologue d’Avé M.Awu.


Kéké Zo, la lumière gratuite chez vous. Disponible dans les boutiques à partir du mois de janvier 2015.

 

Un petit emploi, des milliers de prétendants

presse-medias-journal-©-m.schuckart-Fotolia.com_.jpg
presse-medias-journal-©-m.schuckart-Fotolia.com_.jpg

Qu’il est beau, agréable et honorable de se faire appeler employé. Au Togo, ils sont peu ses jeunes qui se targuent de ce titre, « Employé, mieux employeur !» Leur nom commun, c’est plutôt chômeur. Et moi aussi comme eux, je fus appelé Chômeur ! Ça, c’était avant. Maintenant, vous pouvez m’appeler monsieur « le Rédacteur presse écrite ». Oui j’ai un boulot. Un bon boulot, un boulot selon ma convenance. Un boulot dans l’écriture. Pour décrocher ce sésame, mes chers, ce fut un chemin de croix. Il fallait éliminer des adversaires, convaincre le gratin des gratins de la presse Togolaise, qu’on est le meilleur. Faillait surtout être qualifié. Qualifié en quoi au juste ? Moi suis-je qualifié en quoi ? Moi fils de la terre, adopté par le champ pour affronter les gens formés en journalisme.
Ce ne fut pas du tout facile. Nous étions six (6) retenus sur plus de trois cent pour l’interview. Et, deux d’entre nous seront retenus. Parmi nous, se trouvait une fille. Comme la discrimination positive est encouragée dans les entreprises, dans ma tête, elle est déjà choisie. Et le choix restant est clair : c’est un dans cinq. Le premier venu fut appelé. Nous fûmes tous tendus. Le gars à côté de moi, le plus âgé de tous, me confirma l’utilité d’un Smartphone. Il en fit sorti un, ouvrit une application des versets bibliques. Lui, visiblement et effectivement  musulman (il me le confirma après). Il se plongea dans une profonde médiation. Je fus troublé. Je me mets à revoir ma relation avec Dieu. Je fis mon méaculpa pour ces quelques mois égarement de ce Dieu à la fois miséricordieux et jaloux qui dans sa colère pouvait me priver de ce boulot tant voulu.

champ-de-mais-agriculture
champ-de-mais-agriculture

Enfin, ce fut mon tour. Franchement, cette interview n’est pas ma meilleure. Il nous est dit, que si nous sommes retenus, dès le lendemain, nous serons informés et nous prendrons service le même jour. Je vous épargne l’attente angoissante du lendemain. Je vous dirai juste que ce mercredi 1er Octobre, je fus rédacteur presse. Je fus car, face à une proposition d’un aîné expatrié de financer mon projet agricole, j’ai quitté cette superbe entreprise de presse. Actuellement, vous pouvez m’appeler Employeur.