Skip to main content

Les freins à l’émergence de l’agriculture africaine

reseauinternational.net
reseauinternational.net

 Comment faire sortir notre agriculture de l’ornière et lui faire prendre un essor protubérant ? C’est ce à quoi s’attelle ce billet. A la lumière des manques observés sur le terrain, des plaintes portées par des paysans et  surtout en comparant à ce qui se fait ailleurs, nous parlerons de ces choses qui endiguent l’évolution de l’agriculture africaine. Ces manques sont d’ordre institutionnel, technique, technologique, énergétique, éducatif et bien sûr, financier.

 

Une banque d’investissement et une bonne assurance

En Afrique, la plupart des banques ont pour nom quelque chose comme : « Banque d’investissement et d’aide aux agriculteurs ». Quand vient le temps d’aider l’agriculteur Africain, ou d’investir dans l’agriculture, elles sortent leur vrai visage et immolent leur superbe dénomination sur l’autel de leurs faramineux intérêts. Ainsi, ils demandent des garanties avant de concéder tout prêt. En plus de la garantie, leur taux d’intérêt culmine au firmament des bénéfices récoltés par nos pauvres paysans. Au Togo, certaines banques ou micro-finances à dénomination sans commune mesure dévouées à l’agriculture vont jusqu’à un taux de  18%/an pour céder un prêt. Bref, la plupart de nos banques sont hypocrites et motivées seulement par la part du gain. Il nous faut de vraies banques agricoles.

L’énergie

 Sans cette dernière, aucune révolution agricole n’est possible. L’énergie est indispensable à l’agriculture. Elle est nécessaire pour la production des engrais minéraux et pour la mécanisation. Elle est l’élément clé dans l’essor de la productivité. Aujourd’hui en Afrique, un choix  de ressource énergétique doit être fait. Après ce choix commun, régional, sous-régional ou carrément national, l’utilisation de cette énergie  doit être raisonnée pour optimiser et  la rendre disponible surtout dans nos campagnes agricoles. Celle-ci permettra l’effectivité sur le terrain de la mécanisation de l’agriculture africaine.

Besoin de plus de formation

L’Afrique fait des efforts pour ce qui est de la formation des encadreurs agricoles. Mais elle peut faire encore plus : offrir plus d’experts agricoles à ses paysans, faire l’échange d’exports, pour apprendre des autres, inviter des agronomes étrangers notamment asiatiques ou européens pour offrir des formations d’appoint à leurs homologues africains. Il faut aussi les échanges de données issues des expériences. Nos ministères et centres dits de recherches sont pleins d’agronomes en  costard cravate. Allez appliquer ce que vous avez appris pour que  baisse le prix du maïs et celui des produits agricoles de première nécessité.

L’agriculture africaine doit vivre à la pointe du changement

Avec l’avance du désert, le changement climatique qui s’instaure dans le monde entier, l’agriculture africaine doit s’adapter et s’imposer à ses tumultes sources de la famine dans le monde et en Afrique en particulier. Par exemple mettre à disposition des agriculteurs des semences plus résistantes à la sécheresse comme c’est le cas du riz sur le continent.

L’agriculture africaine doit s’allier avec le NTIC

Enfin, pour contrôler tant les cultures, leurs dépenses, promouvoir leurs  entreprises qu’apprendre sur leur métier, l’agriculture africaine doit aller à l’école des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Cette incitation peut être l’œuvre du gouvernement, d’une association ou d’une Organisation Non  Gouvernementale. Sur ce, je félicite et encourage  le prix Yobloco pour cette initiative qui  incite les jeunes à s’intéresser à l’agriculture.

 

Cette liste de ces quelques manques ne saurait être exhaustive. Vous êtes donc invités à la compléter par vos commentaires. Merci pour les mots de soutiens de tout un chacun.

A qui profitent les investissements étrangers en Afrique?

 

image-u2Toute l’Afrique ne jure que par lui le « Saint fric ». Il n’est pas rare de voir nos Chefs d’État sillonner tout l’Occident à sa quête. Cette quête passe par des rencontres désignées souvent sous plusieurs vocables : Sommet Chine-Afrique, Japon-Afrique, UE-Afrique… Tout dernièrement, nos chefs d’État ont répondu massivement à l’invitation de Barack Obama dont le pays avait l’intention d’en mettre à leur disposition dans sa grande générosité, une promesse de 33 milliards de dollars. La grande et importante question qui demeure est de trouver à qui profitent au juste ces investissements ?

L’Afrique attend une croissance moyenne de 4,8 % en 2014 et 5,7 % en 2015. Les investissements étrangers pourraient atteindre le montant record de 80 milliards de dollars en 2014. Ils deviennent la première source d’apports financiers extérieurs du continent, indique le rapport sur les Perspectives économiques en Afrique publié le 19 mai 2014. Ainsi, Les investissements étrangers pullulent dans toute l’Afrique entraînant parfois entre des guéguerres (UE-Chine-Etats-Unis) . Ces investissements se fondent par le truchement de grands groupes internationaux . Nous avons entre autres le groupe Total et Bolloré pour la France ; China Road and Bridge Corporation (CRBC), Sinopec et Zhongxing Telecom pour la Chine ; Exxon Mobil et Chevron Texaco pour les Etats-Unis ; Tata et Arcelor-Mittal pour l’Inde pour ne citer que ceux-là. Grâce à ces investissements, notre Afrique brille de mille feux. Nos villes s’étalent, se modernisent. Elles se dotent de ponts solides et de stades de foot flambant neufs. Nos ports entre-temps délaissés, deviennent de plus en plus fréquentés avec la construction de nouveaux quais. C’est le cas du Togo où, le groupe Bolloré a construit le 3e quai. En ce qui concerne nos ressources minières, elles sont de plus en plus exploitées grâce à la modernisation et à la construction des industries extractives. Ils (Investissements) confèrent à nos États quelques royalties qu’on investit parfois dans la santé et l’éducation.

crédit image: lefigaro
crédit image: lefigaro

Ces investissements ont permis à notre continent d’atteindre ce taux de croissance élevé, qui fait sa fierté. Grâce toujours à eux, le PIB de chaque pays africain est élevé sans pour autant influer suffisamment sur le niveau de vie des citoyens. Ils sont au centre des préoccupations ayant abouti à la création des zones franches qui emploient des milliers de personnes sur la base du capitalisme accru, noircissant de ce fait le beau tableau et suscitant des curiosités ; lesquelles nous poussent à voir le revers de la médaille.

Naïfs nous sommes, si nous nous leurrons à penser que nos investisseurs sont de bons samaritains assujettis d’une mission humanitaire et sacerdotale. Je parlais tantôt des zones franches où, les ouvriers sont exploités. Ils sont plusieurs à travailler sans repos, sans congé, ni d’assurance maladie. Bref, sans les minimums obtenus par la lutte ouvrière. Et pour toute revendication, il y a licenciement. Tout ceci est fait dans le but de permettre aux actionnaires de se partager le maximum de bénéfices.
Parlant du bénéfice, le groupe Total en 2013 pour la Côte d’Ivoire a déclaré avoir fait un bénéfice de 15,8 millions de dollars. Cette somme est de facto rapatriée en France. Ils sont plusieurs, ces groupes à qui nous avons confié nos ressources qu’ils exploitent et empochent les profits. Je prends en exemple mon phosphate et mon calcaire à la main des étrangers. Ce sont tous ces étrangers qui font notre croissance économique. Cette croissance ma foi ne profite qu’à eux. Prenons par exemple un investisseur étranger qui aurait investi 1 million d’euros dans le secteur de l’énergie en « République très très démocratique du Gondwana« , ce dernier, va rapatrier annuellement la quasi-totalité des recettes au détriment des ouvriers et du pays hôte. Pendant ce temps, les citoyens de la « République très très démocratique du Gondwana » se retrouvent avec des miettes et croupissent toujours dans la misère et le manque total. Alors que l’argent rapatrié participe à la construction du pays de l’investisseur.

crédit: Paixetdeveloppement
Crédit: Paix et développement

Quelle est notre part dans cette croissance économique fulgurante dont on affuble notre Afrique ? De vous à moi devrons-nous encore attendre les bras croisés les voir prendre les parts juteuses de notre économie ? Ou encore les laisser accaparer des piliers du développement (énergies, eau, ressources minières…) ? Et pourtant nous pouvons mobiliser des ressources à l’interne pour financer notre croissance qui nous profitera réellement. Nous avons aujourd’hui des potentialités, des personnes ressources à l’instar des expatriés, des chefs d’entreprises et des responsables administratifs qui en mettant en commun leurs ressources pourraient financer notre croissance. Signalons ici, que ces leaders précités préfèrent laisser leurs avoirs dans des comptes étrangers, lesquels avoirs nous sont en suite octroyés comme prêts ou investissements à des taux vraiment élevés.

En tout cas, ce n’est point un procès fait à nos généreux investisseurs, mais plutôt, un appel à une conscience africaine. Car si nous investissons en Afrique, les recettes issues de ces investissements vont servir à construire l’Afrique et c’est l’Afrique qui gagne.
Un coucou spécial à M. Dangote et à tous ces investisseurs africains, l’Afrique vous est reconnaissante. Si d’autres Africains pouvaient vous emboîter le pas… ?